Central Data Catalog

Citation Information

Type Working Paper - Gender and Work in the Mena Region WP Series
Title La Dynamique de la Discrimination Salariale et de L’équité Gendorielle sur le Marché du Travail au Maroc
Author(s)
Issue 10
Publication (Day/Month/Year) 2011
URL http://www.popcouncil.org/uploads/pdfs/wp/mena/20_fr.pdf
Abstract
La présente analyse s’est interrogée sur l’écart salarial entre les hommes et les femmes au Maroc. Il a été conclu que l’écart de salaire entre les hommes et les femmes au Maroc s’était réduit de peu dans le privé mais considérablement dans le public. Nous avons utilisé les méthodes de décompositions d’Oaxaca et Ransom et celle de Neumann et Oaxaca. Les estimations ont révélé que les femmes sont rémunérées de 34,6% et 30,9% moins que les hommes et ce successivement en 1991 et 1999. 35,7% et 29,4% de ces écarts sont inexpliqués. Ces taux traduisent ainsi la discrimination à l’égard des femmes. Par ailleurs, les différences des caractéristiques expliquent quant à elles, la présence de 1,5% de l’écart en 1999 alors qu’il était carrément négatif en 1991 indiquant ainsi que l’écart opère en faveur des femmes. Par ailleurs, il a été souligné l’importance de l’éducation des femmes dans le secteur public. En effet, avec un écart salarial avoisinant 31,5% en 1991 et 21,8% en 1999 dans le secteur public, nous avions pu dégager une part assez significative en termes d’écart justifié en faveur des femmes. Cet écart qui était égal à -5,4% en 1991 est passé à -13,1% en 1999. Le signe négatif indique un avantage féminin reflétant ainsi l’avancée des femmes en termes d’éducation comme nous l’avons précédemment souligné. Néanmoins, dans le secteur privé, l’écart salarial homme-femme était assez important puisqu’en 1991 il était de l’ordre de 37,5% pour passer en 1999 à 33,5%. Cette baisse, relativement faible comparée à celle du secteur public, bien qu’elle soit accompagnée par une augmentation de l’écart justifié qui est passé de 1 à 6%, elle a été due essentiellement à la diminution de l’écart injustifié qui est passé de 36,7% à 27,6%.

Related studies

»