Central Data Catalog

Citation Information

Type Thesis or Dissertation - Doctor
Title Epidémiologie de la fièvre de la Vallée du Rift en zone aride : Exemple de la Mauritanie
Author(s)
Publication (Day/Month/Year) 2016
URL https://afrique-ouest.cirad.fr/content/download/7194/71053/version/1/file/Thèse-+Bezeid.pdf
Abstract
La fièvre de la Vallée du Rift (FVR) est une arbovirose zoonotique préoccupante en
Mauritanie. Entre 1987 et 2015, il y a eu six épizooties/épidémies causant des centaines de
décès chez l’Homme et des dégâts économiques considérables liés aux pertes animales
directes et indirectes. Malgré une prise en charge relativement correcte sur le plan diagnostic,
et une surveillance renforcée, les derniers épisodes de FVR ont pris de vitesse les services
vétérinaires et ceux de santé publique, car la maladie a été souvent détectée après l’occurrence
des premiers cas humains graves. Il s’est avéré par ailleurs que des erreurs d’appréciation de
la situation épidémiologique ont contribué, en partie, aux échecs de maîtrise de ces
épizooties/épidémies.
L’objectif de ce travail est d’évaluer l’importance des paramètres clés de l’épidémiologie de
la FVR, dont la prise en compte dans le système de surveillance pourrait améliorer la gestion
des épidémies. Ainsi, le statut des dromadaires vis-à-vis de la FVR a été reconsidéré,
confirmant leur sensibilité au virus et leur rôle dans sa dissémination. Le rôle de la mobilité
animale dans la diffusion du virus s’avère aussi crucial dans cette dissémination. L’intégration
de la surveillance entomologique, notamment dans les zones humides, apporterait des
informations supplémentaires quant à la dynamique des vecteurs en favorisant une alerte
précoce de la maladie. L’analyse qualitative du risque basée, d’une part, sur des critères
environnementaux, et, d’autre part, sur l’analyse des réseaux commerciaux et de
transhumance des ruminants, montre l’existence de plusieurs zones à risque qui n’étaient pas
intégrées, jusqu’à présent, dans la surveillance. La prise en compte de la situation
météorologique en temps quasi-réel, grâce à des jeux de données régionaux ou mondiaux,
combinant les informations au sol à des images satellitaires, permet d’identifier les zones et
périodes à risque. D’autre part, les tendances épidémiologiques peuvent être prédites en
s’appuyant sur des scénarios issus de modèles climatiques.

Related studies

»