Central Data Catalog

Citation Information

Type Corporate Author
Title Document de strategie de reduction de la pauvrete DSRP III (2013-2015)
Publication (Day/Month/Year) 2013
URL http://www.stat-guinee.org/www.old/DSRP/PDF/DSRP III (2013-2015).pdf
Abstract
1. La République de Guinée malgré ses énormes potentialités naturelles et humaines reste l’un des pays
les plus pauvres du monde, avec un Indice de Développement Humain de 0.341 en 2011 correspondant
au 170e
rang sur 182. En effet, le pays possède près des 2/3 des réserves mondiales de bauxite avec
une pluviométrie de plus 2 500 mm par an.
2. C’est pour surmonter ce paradoxe que le Gouvernement s’est engagé depuis 2000 dans le processus
d’élaboration et de mise en œuvre des DSRP. Troisième du genre, le DSRP III à l’instar des autres
documents est le cadre fédérateur autour duquel le processus global de planification du développement
sera recentré conformément aux orientations du Plan Quinquennal 2011-2015. Il offre un cadre de
développement à moyen terme pour réaliser les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) et la
vision des autorités de faire de la Guinée un pays émergent d’ici 15 à 25 ans, respectueux des droits de
l’homme, de l’égalité de genre et promouvant l’Etat de droit.
3. Le DSRP III repose sur les acquis du DSRP I et du DSRP II en matière de renforcement de la
démocratie, de la stabilité du cadre macroéconomique, du développement du capital humain et de la
gestion de l’environnement. La stabilité politique et la paix sociale retrouvées ont créé un cadre favorable à
une meilleure gouvernance des affaires publiques, à la reprise de la coopération internationale et à un
allègement substantiel de la dette publique extérieure. Le bilan des performances économiques montre
que le cadre macroéconomique est relativement stabilisé avec un niveau d’inflation réduit, un niveau
d’endettement extérieur en net recul, une amélioration notable des recettes budgétaires assortie d’une
maîtrise des dépenses publiques. L’économie est placée sur un sentier de croissance, avec un taux de
croissance du PIB réel passant de 1,9% en 2010 à 3,9% en 2012. Ces résultats sont imputables à
l’efficacité des mesures de politique économique et financière ainsi qu’à la bonne performance des
secteurs porteurs de croissance (agriculture et mines notamment).
4. En dépit de ces performances globales, l’incidence de la pauvreté s’est accrue au niveau national,
passant de 53% en 2007 à 55,2% en 2012 même si on constate une baisse entre 2010 et 2012 (58%
contre 55,2%). Cet accroissement est attribuable plus à la redistribution des revenus qu’aux performances
en matière de croissance, avec des effets contrastés entre les villes et les zones rurales. Au niveau
national, l’incidence de la pauvreté augmente de 2,2 points dont 1,3 point est dû à l’effet croissance et 0,9
point à une distribution des revenus défavorable aux plus pauvres. En milieu rural où la pauvreté s’aggrave
seulement de 1,7 point, la quasi-totalité est due à la faible croissance économique, confirmant la stabilité
de l’inégalité des revenus en milieu rural. En revanche, en milieu urbain, l’aggravation de 4,9 points de la
pauvreté est due pour 3,1 points à une distribution des revenus défavorable aux populations les plus
pauvres et seulement pour 1,8 point à l’effet croissance économique. Deux éléments principaux ont
impacté l’évolution des revenus réels en milieu urbain au cours des dernières années, à savoir l’inflation et
l’emploi.
5. Par ailleurs, le chômage des jeunes reste une préoccupation majeure des autorités. En effet, il touche
15% de la frange ayant un niveau d’éducation du secondaire, 42% de la frange ayant achevé
l’enseignement technique professionnel et près de 61% des titulaires d’un diplôme universitaire. Pour les
filles diplômées, 85,7% ne trouvent pas d’emplois contre 61% pour les garçons de même niveau. En
dehors des jeunes scolarisés, le désœuvrement et le manque d’occupation touchent 70% des moins de 25
ans, quels que soient le niveau d’instruction et le lieu de résidence.

Related studies

»